L‘anneau vaginal

Comme la pilule oestroprogestative, l’idée, c’est de supprimer le cycle normal et de le remplacer par un pseudo-cycle.

C’est un anneau flexible et transparent de 54 mm de diamètre, à déposer au fond du vagin. Il libère alors deux hormones, un oestrogène et un progestatif, qui passent à travers la muqueuse utérine pour gagner la circulation sanguine. On le laisse en place 3 semaines, suivies d’une semaine d’arrêt avant d’en introduire un autre.

Retour Sommaire

Comment ça marche ?

Comme la pilule oestroprogestative, l’idée, c’est de supprimer le cycle normal et de le remplacer par un pseudo-cycle.

L’implant fonctionne :

  • en empêchant la fécondation
    • par blocage de l’ovulation
    • en rendant la glaire cervicale imperméable aux spermatozoïdes
  • en empêchant le développement de la muqueuse utérine (endomètre) qui devient trop fine pour être capable de recevoir un embryon (nidation).
  • il se peut aussi qu’il empêche les mouvements des trompes de Fallope, et donc l’ascension des spermatozoïdes et, dans l’éventualité où il aurait été conçu, le trajet de l’embryon des trompes vers l’utérus. (lien sur le schéma).

⇒ Point d’attention : l’action progestative après la fécondation fait prendre le risque d’interrompre une vie après son commencement.

Retour Sommaire

Contraintes et inconvénients

Retour Sommaire

Communs à toute contraception hormonale oestroprogestative

  • Une contraception hormonale nécessite une prescription médicale et un suivi médical.
  • Il faut faire attention aux autres médicaments pris en même temps car certains peuvent la rendre inefficace.
  • Il n’est pas très écolo d’absorber quotidiennement des hormones synthétiques qui vont finir relarguées dans la nature
Retour Sommaire

Spécifiques à l’anneau vaginal

  • veiller à ne pas oublier de le changer le moment venu.
  • S’assurer qu’il est toujours là après un rapport sexuel.
  • C’est la fille qui met l’anneau : ça n’aide pas les garçons à se responsabiliser
Retour Sommaire

Existe-t-il des effets non souhaités ?

Oui.

Retour Sommaire

Communs à toute contraception hormonale oestroprogestative

Quelques exemples d’effets parmi les plus fréquents :

  • Maux de tête
  • Problèmes de peau
  • Modification du poids, rétention d’eau
  • Irritabilité, dépression
  • Sensation de jambes lourdes
  • Tension des seins
  • Irrégularités du cycle : saignements au cours du « cycle », absence de règles (aménorrhée)
  • Diminution du désir sexuel (baisse de la libido)
  • Augmentation de la tension artérielle
  • Élévation du taux de sucre dans le sang ou de certains lipides
Retour Sommaire

Il existe des effets beaucoup plus graves mais relativement rares

  • les veines et les artères peuvent se boucher (phlébite, embolie pulmonaire, infarctus, accident vasculaire cérébral). Les contraceptifs les plus récents paraissent les plus à risque.
  • le risque de certains cancers est augmenté : sein, col de l’utérus notamment (en revanche, on constate une diminution du risque de cancer de l’ovaire, cancer peu fréquent habituellement néanmoins).
Retour Sommaire

Spécifiques à l’anneau vaginal

Effets locaux :

  • inflammation du vagin,
  • pertes,
  • parfois sensation de gêne.

Retour Sommaire